596 vues 0 commentaires

Sony veut faire pression sur Amazon pour fermer le Cloud Drive

par le31 mars 2011
 

Un jour après la sortie de son Cloud Drive, un environnement qui donne la possibilité aux usagers d’enregistrer des chansons sur la toile et de l’entendre peu importe l’endroit où ils se trouvent, Amazon a rendu complètement marteau la major Sony. Nous gardons l’espoir qu’ils décrocheront un partenariat de distribution, pourtant nous analysons toutes les actions envisageables qui respectent la loi possibles, a dit une responsable de la communication de Sony.

Avec son nouveau bébé, Amazon a grillé la priorité à certains colosses du net, tel que la firme de Cupertino ou encore la firme de Mountain view, qui souhaiteraient offrir des prestations identiques. Google a déjà rapidement réagi en annoncant l’arrivée prochaine de son service de musique. Selon les médias californiens, c’est essentiellement le problème soulevé par la propriété intellectuelle qui a freiné les ambitions dans ce domaine.

Cependant la société amazon a décidé de suivre un chemin bien différent, et de ne pas marchander un seul partenariat de visa d’exploitation avec les majors compagnies. La société indique qu’elle ne fournit pas une prestation de distribution musicale, comme sont capables de le faire Deezer ou Spotify, mais seulement un lieu privé (Très important) d’hébergement sur le web, ayant une fonction pour écouter de la musique.

Elle estime ainsi qu’il n’existe pas de motif valable afin qu’elle soit contrainte de marchander des partenariats avec les majors. « Sauvegarder un MP3 sur le disque dur en nuage d’amazon (cloud drive) est en tout point identique à une sauvegarde d’un fichier mp3 sur un support de stockage externe », a précisé un responsable de la communication d’Amazon à Ars Technica. Amazon n’est pas la première société à offrir une prestation de ce genre. MP3tunes fournit une prestation quasi identique depuis de nombreux mois, pourtant le site internet est aussi dans les affres d’un combat judiciaire face à Emi.

La major avait déposé l’affaire devant la justice contre MP3Tunes dès 2007, considérant qu’il était question d’une utilisation non autorisée de chanson. Les majors de l’industrie de la musique se sont jetées corps et âme dans une croisade dont l’arme principale est la peur du procès, depuis une décennie, pour freiner les avancées de la technique, a apprécié Michael Robertson, le fondateur de MP3Tunes, questionné par les journalistes de reuters sur le comportement de la société Sony.

Sony ne bougera sans doute pas le petit doigt sachant pertinemment qu’il n’aurait aucune chance de remporter un quelconque procès.

Sois le premier à commenter !
 
Ajouter un commentaire »

 

    Laisser un commentaire