656 vues 0 commentaires

La fin de la publicité sur le groupe FT en janvier 2016

par le7 décembre 2010
 

Le chef du gouvernement n’a pas accepté aujourd’hui les changements apportées par le Sénat sur de nombreux éléments essentiels du programme budgétaire correspondant à l’année 2011 (pub sur les chaînes publiques…) et exigé un come back du document votée par l’Assemblée. Au moment du rendez vous ayant lieu chaque semaine, en privé, du groupe UMP, le premier ministre a corroboré que le conseil des ministres réclamerait ce mardi une seconde délibération sur ces dispositions altérées ce samedi et dimanche par les membres du sénat, d’après des adhérents.

Le Sénat a effectivement choisi, en défiance de l’opinion des autorités, d’effacer le forfait de 30 € d’entrée dans l’AME, de maintenir 15% d’abattement sur les contributions sociales des particuliers-employeurs, d’effacer la pub sur les chaînes publiques en journée vers 2016, et de ronger de manière plus conséquente le soutien à la recherche. Jamais de la vie, a donné en réponse M. Fillon, qui irait jusqu’au bout, en cas de fiasco de la commission mixte paritaire composée de 14 membres en charge de la définition d’un document très conciliant sur le budget, et pourrait donc laisser l’Assemblée nationale décider en dernier lieu.

« Nous sommes attachés à revenir à la mouture de l’Assemblée sur le soutien sanitaire d’Etat et le seuil de stabilité sur les emplois familiaux », a renchéri face aux médias le responsable du mouvement ump à l’Assemblée, Christian Jacob. A l’Assemblée, les élus avaient plébiscité la mise en place d’un pass valide de 30 € dans l’AME de même qu’une remise de 10% à destination des particuliers qui embauchent (le conseil des ministres désirait originellement l’enterrement de cette ristourne). « Du coté du service public audiovisuel, la situation actuelle correspond aux attentes de tous comme la pub au cours de la journée cependant pas en soirée. J’imagine qu’il n’est pas nécessaire de s’engager plus en avant », a ajouté M. Jacob. Le Sénat est revenu dimanche, lors de l’analyse budgétaire pour 2011, sur le récent vote de l’Assemblée nationale, en décidant l’élimination catégorique du marketing sur les chaînes publiques dès le 1er janvier 2016.

A ce moment, les particuliers verront les taxes sans aucun doute s’envoler pour compenser la perte financière. On se questionne véritablement sur les missions et rôles des politiques qui estiment qu’une préoccupation majeure des français concernerait la publicité sur les chaines du groupe France Télévision. De toute évidence, cela doit cacher d’autres enjeux !

Sois le premier à commenter !
 
Ajouter un commentaire »

 

    Laisser un commentaire